France : pourquoi les prix immobiliers vont poursuivre leur baisse

Même si fin 2015 on notait une légère hausse du nombre de transactions immobilières, les prix baissent régulièrement depuis 2012 dans des proportions variées : -9,6% à Paris contre -8,4% en province.

Il faudra donc regarder avec attention les chiffres des notaires du 1er trimestre 2016. Rappelons que lors de la dernière crise de l’immobilier des années 90, la baisse avait atteint au total 30%, dans un contexte de taux d’Intérêts élevés.

Aujourd’hui, avec des taux d’intérêts très bas et des dispositifs de défiscalisation qui soutiennent la construction, les prix résistent, mais pour combien de temps ?

Le diagramme de Friggit , indicateur méconnu du grand public mais scruté par les économistes et autres professionnels du secteur, permet de se faire une bonne idée de l’évolution des prix de l’immobilier sur le long terme car il rapproche les prix immobiliers du pouvoir d’achat des ménages: plus l’écart est élevé, plus le risque de décrochage des prix est fort. hors il atteint un niveau anormalement élevé en France comparé aux autres pays:

friggit comparaison internationale

télécharger une synthèse des diagrammes de Friggit.

La démographie, est également un bon indicateur pour donner les tendances d’un marché immobilier. Il joue là encore en défaveur des prix:

Les démographes et notamment l’INSEE, expliquent la résistance des prix par un profil démographique des propriétaires constitué majoritairement de seniors, classe issue du baby boom la plus favorisée aujourd’hui qui pèse sur les prix de l’immobilier mais également les retraites.

Dans ce contexte, et alors que l’immobilier demeure un des placements les plus sécurisés et générateur de revenus réguliers, il ne faut pas hésiter à regarder hors de l’hexagone: Allemagne, Dublin en europe, USA si on souhaite diversifier sur le dollar.